Yellowstone : à quand l’éruption du supervolcan ?

Si certains d’entre vous ont raté cette information ces dernières semaines, voilà qui va vous rassurer : de fortes secousses ont été ressenties dans le parc naturel de Yellowstone, aux Etats-Unis. Et si vous ne le saviez pas, Yellowstone n’est pas seulement un parc naturel mais un supervolcan, qui, s’il était amené à se réveiller, provoquerait un sacré merdier  presque la fin du monde.

Séismes à répétition et bisons fous

Voici le topo. Le 30 mars, un séisme de magnitude 3,8 s’est produit dans le parc. Dans les deux heures qui ont suivi, 25 autres secousses avec une magnitude maximale de 3,1 ont été enregistrées par l’Institut de Géophysique américain. Bon, vous me direz, des secousses comme celles-là, il y en a entre 1000 et 2000 par an dans le coin… mais là c’est le plus important tremblement de terre observé dans cette zone depuis 30 ans ! Et généralement, quand les tremblements de terre gagnent en intensité, c’est qu’une éruption se prépare.

Autre élément troublant : la fuite des bisons. Oui oui.

Cette vidéo qui montre les bisons de Yellowstone se casser dare-dare a été vue presque 2 millions de fois. Et si les animaux s’y mettent, eux qui ont de l’instinct, c’est qu’on devrait faire pareil non? Bon en fait pas vraiment. Selon l’ONG Yellowstone Association à l’origine de la vidéo, les bisons ne fuient pas, ils courent pour célébrer le printemps (?!?) : d’où le titre original de la vidéo avant qu’elle ne soit reprise par les conspirationnistes « Yellowstone bison on the run for the joy of Spring ».

Il semblerait donc qu’il n’y ait pas lieu de paniquer… Mais n’oubliez pas, comme le dit si bien John Cusack dans le film 2012 :  « When they tell you not to panic, that’s when you run! »

Eruption imminente ou non, j’en profite tout de même pour vous parler de ce super volcan super fascinant. Car oui, Yellowstone est un supervolcan.

Yellowstone, le supervolcan (parmi d’autres)

C’est la catégorie de volcan la plus dangereuse qu’on puisse trouver sur Terre : sur l’indice d’explosivité volcanique qui classe les volcans en 8 catégories, il se range dans l’échelon 8. Panache de fumée de plus de 40 km de haut, tsunamis, tremblements de terre, nuées ardentes, hiver volcanique, milliers de km3 de cendres rejetées dans l’atmosphère… les conséquences de l’éruption d’un supervolcan sont dites « apocalyptiques » (tout un programme). Pour comparaison, l’énergie libérée lors d’une éruption de supervolcan correspond à 22 fois la puissance libérée par la bombe H américaine la plus puissante…

Heureusement pour nous, ce type d’éruption (également appelée ultra-plinienne) n’arrive pas tous les quarts d’heure. On n’en a même jamais connue de mémoire d’homme. Même le Krakatoa, avec ses 36 000 morts et son tsunami de 40m de haut, n’entre pas dans cette catégorie (c’est un échelon 6).

Classification des volcansYellowstone a connu trois éruptions majeures :
– La plus violente connue s’est déroulée il y a 2,1 millions d’années. Elle a rejeté 2 450 km3 de matières volcaniques.
– La 2e, moins importante, n’a rejeté que 280 km3 de poussière. Elle est survenue il y a 1,3 million d’années et a donné naissance à une première caldeira, celle d’Island Park.
– La 3e s’est passée il y a 640 000 ans. Elle a agrandit la caldeira déjà présente (qui fait depuis 45 km de large sur 85 km de long, soit l’une des plus grandes du monde)  et a recouvert de cendres et de roches une bonne partie des États-Unis et le nord du Mexique.

Le volcan se réveille donc de manière cyclique, tous les 700 000 ans en moyenne. Mais il n’est pas le seul supervolcan sur notre planète. Il y a aussi :
– le Taupo, situé en Nouvelle-Zélande, dont l’éruption s’est déroulée il y a 26 500 ans (ce qui en fait l’éruption de supervolcan la plus récente de l’histoire).
– le Toba, situé à Sumatra en Indonésie : il y a 73 000 ans, il aurait plongé Terre dans un hiver volcanique en rejetant 2 800 km3 de cendres dans l’atmosphère. Il serait même responsable de la quasi-extinction de l’homme à cette époque.
– le Tatio, situé dans le désert d’Atacama au Chili. Comme Yellowstone, il a eu trois éruptions majeures entre -8,3 millions d’années et -1,2 millions d’années. A chaque fois, entre 500 et 1000 km3 de roches ont été éjectées. Comme Yellowstone, la zone subit également une forte activité hydrothermale.

On compte également deux zones volcaniques qui, par le passé, ont été particulièrement dangereuses :
– la zone volcanique de San Juan, dans le Colorado, qui a donné naissance à la Caldeira de la Garita : il y a 28 millions d’années, une éruption a rejeté environ 5000m3 de cendres et de roches volcaniques… soit 5000 fois plus que lors de l’explosion du Mont Saint-Helens (qui était pourtant déjà fortement impressionnante !)
– la zone volcanique de Long Valley, en Californie (eh oui encore aux Etats-Unis !) qui lui n’a rejeté « que » 600 km3 de matières il y a 760 000 ans…

Particularités des supervolcans

  • Une croûte terrestre très mince

Zone toujours très active, Yellowstone a la particularité d’avoir une croûte terrestre très mince : alors que celle-ci mesure en moyenne trente kilomètres d’épaisseur, ici le magma se trouve à une profondeur comprise entre huit et dix kilomètres. Cette proximité avec la surface donne lieu à de nombreux phénomènes géologiques qui font le bonheur des touristes : sources hydrothermales, geysers, mais aussi, plus rarement, éruptions de gaz (les touristes aiment moins). Prismatic Spring

  • Une immense chambre magmatique

Autre élément important chez les supervolcans en général : leur chambre magmatique est beaucoup plus grande et chaude qu’un volcan normal, ce qui a pour conséquence de faire fondre partiellement la roche environnante. La chambre magmatique est donc assez malléable et plutôt … instable. Cette plasticité permet à la pression de se dissiper plus efficacement que dans un volcan normal, dont la chambre magmatique est plus rigide. C’est pour cette raison que les supervolcans n’explosent pas souvent (heureusement!) En revanche, le magma des supervolcans est particulièrement visqueux : il emprisonne donc les gaz pendant des centaines de milliers d’années, la pression augmente, et quand ça pète, c’est un sacré feu d’artifice !

Chambre magmatique de Yellowstone
Chambre magmatique de Yellowstone
  • De grandes caldeiras

Enfin, sur tous les supervolcans, on retrouve des caldeiras immenses (et souvent des lacs), vestiges de la violence des éruptions passées : en explosant le volcan libère d’énormes quantités de magma. La chambre magmatique située sous le volcan se vide d’un coup… ce qui provoque un effondrement du sol. En résulte une vaste dépression circulaire, dont le fond est plat, et où on trouve aujourd’hui des lacs et de grandes forêts.

Caldera de Yellowstone

Et si ça explosait ?

Soyons clairs, si un supervolcan explosait, nos vies deviendraient un peu compliquées. Voici peu ou prou le scénario de n’importe quelle éruption de supervolcan.

zone de dispersion des centres de Yellowstone en cas d'éruptionVu la violence de la chose, toute la zone dans les 150 km autour du volcan serait rayée de la carte en très peu de temps.

Au menu :
– explosion de la chambre magmatique avec panache de fumée jusqu’à 40 km de haut,
– nuée ardente (aussi appelée coulée pyroclastique) : un nuage de cendres, de roches incandescentes et de gaz dont la température peut s’élever jusqu’à 500° et qui dévale le volcan à plus ou moins 400km/h,
– tremblements de terre
– tsunamis (si le volcan est situé près de la côte)
– glissements de terrain et coulées de boue, etc.

Voilà, ça c’est pour l’apéro.

Ensuite, le nuage de cendres commencerait à se répandre. Pour Yellowstone par exemple, il recouvrirait une bonne partie des Etats-Unis et du Mexique qui, du coup, seraient plongés dans le noir. Au final, ces cendres se disperseraient partout sur Terre, créant une mince couche de poussière qui obstruerait la lumière du soleil et provoquerait un hiver volcanique. Conséquences ? De mauvaises récoltes, la famine, les épidémies, blablabla. Un gros bordel mais pas non plus d’extinction massive.

Finalement, le film 2012 (oui j’aime bien ce film !), malgré ses incohérences et ses très mauvais acteurs (qui regarderait exploser un supervolcan sans broncher?), restitue plutôt bien ce que pourrait donner l’explosion d’un supervolcan…

Bien sûr, tout cela doit être remis en perspective en fonction de l’ampleur de l’éruption : si un supervolcan rejette 1000 km3 de cendres, ce n’est pas la même chose que s’il en expulse 2500 km3. Il y a apocalypse et apocalypse.

Peut-on prévoir ce type d’éruption ?

Comme toute éruption volcanique, il est impossible de prévoir à l’avance quand explosera un supervolcan. Les chercheurs  grenoblois (entre autres) se sont penchés sur la question : selon eux, aucun apport d’énergie extérieure n’est nécessaire pour que ce type d’éruption se produise. Elles peuvent éclater spontanément.

Cependant, des signes annonciateurs peuvent être observés (d’où la batterie de capteurs installée du côté de Yellowstone). Par exemple, plus l’éruption approche, plus la lave progresse vers la surface : le sol se gonfle et des gaz sont libérés. Ces gaz changent de composition chimique également : en période de repos, ils contiennent essentiellement de la vapeur d’eau alors qu’à l’approche de l’éruption, ils sont riches en dioxyde de soufre et en gaz carbonique. En parallèle, les séismes se font plus forts, plus fréquents.

Mais soyons honnête : tout cela survient quand le volcan est sur le point d’exploser. Quand c’est le cas, il reste en général 24 ou 48h pour foutre le camp (sauf à de rares exceptions près où le volcan met quelques semaines ou quelques minutes à se réveiller). Et dans le cas d’une supervolcan, 24h pour le pays, ça risque d’être un peu court…

2 pensées sur “Yellowstone : à quand l’éruption du supervolcan ?

  • mai 30, 2014 à 2:00
    Permalink

    Eh bien en ce qui me concerne, outre le sujet qui me passionne depuis que j’ai vu le reportage la nuit dernière sur la 5 si je ne m’abuse, c’est votre humour que j’adore ! et bravo pour la clarté du propos qui donne aux incultes la sensation d’avoir tout compris !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *