Mais où est donc passé Nereus, le « yellow submarine » ?

J’aurais bien commencé par « Y a-t-il un pilote dans le sous-marin? » mais le fait est que non, c’est un robot donc pas de pilote. Quoi qu’il en soit, le robot Nereus (joli p’tit nom hein!) a beau être ultra-perfectionné et hors de prix (8 millions de dollars… une bagatelle), il s’est fait la malle et semble s’être même désintégré dans les profondeurs insondables de l’océan Pacifique. Mais que s’est-il donc passé ?

Nereus, yellow submarine en goguette

Nereus est un sous-marin autonome, construit en 2006. Il avait pour but d’explorer les points les plus profonds du globe et notamment Challenger Deep : l’endroit le plus profond sur Terre (environ 11.000 mètres de profondeur) situé dans la fameuse fosse des Mariannes dont nous avons déjà parlé dans ce blog.

L’engin était ce qu’on appelle un HROV pour « Hybrid Remotely Operated Vehicle« . Cela signifie qu’il pouvait à la fois :
– se promener dans tous les océans du globe de façon autonome pour, par exemple, cartographier les fonds marins et sonder les profondeurs,
– être piloté à distance via un fin câble de fibre-optique, afin de récupérer des images HD des fonds marins en temps réel.

Et le petit en avait sous le carrosse ! Malgré la légèreté de ses matériaux, il était capable de supporter une pression 1000 fois supérieure à celle de la terre ferme. Heureusement, parce que là dessous, il subit  une pression de plus de plus d’une tonne par centimètre carré. Solide.

Bref, il faut reconnaître que c’était quand même un robot drôlement pratique et perfectionné.

Houston, we got a problem

Mais il y a quelques jours, c’est le drame. Le 9 mai, alors que Nereus est piloté à distance par une équipe de scientifique de la WHOI (Woods Hole Oceanographic Institution) dans le cadre de la mission HADES (qui étudie les écosystèmes des grandes profondeurs), les communications cessent avec le submersible. Il se trouve alors à 10000 mètres de profondeur, dans la faille de Kermadec située au nord-est de la Nouvelle-Zélande.

« Il ne restait plus que deux heures avant que la mission ne s’achève et deux tubes étaient déjà dans le panier à échantillons. Nous avions également enregistré près de deux heures de vidéo » racontent, dépités, les scientifiques de la mission. « Nous étions en train d’amorcer la remontée lorsque les écrans sont devenus noirs« .

Le sous-marin Nereus

En temps normal, le véhicule est conçu pour attendre 30 minutes sous l’eau avant de remonter automatiquement en cas de perte de contact. Cela permet au bateau en surface de s’éloigner un peu pour éviter un accident. Les scientifiques, pas inquiets, bougent donc. Mais le silence radio persiste et toujours aucune trace du submersible.

Ils se mettent donc en quête de retourner à l’endroit exact où la dernière position de Nereus a été enregistrée. Et malheureusement ce sont des débris flottant à la surface qui ont été découvert. RIP Nereus.

Coup de pression ?

Les équipes ont récupéré le plus de morceaux possible de l’appareil afin d’essayer de comprendre ce qu’il s’est passé. Apparamment, tout indique « une implosion catastrophique » du submersible. Il n’aurait pas supporté la pression…

On peut éventuellement envisager une défaillance de l’appareil ou un léger défaut dans la carcasse… ce qui, à cette profondeur, ne pardonne pas.

Personnellement, je pense que c’est un coup des aliens. Vous vous souvenez du film Abyss de James Cameron (celui là même qui a mené le même genre d’expéditions, dans la fosse des Mariannes, pour le tournage d’Avatar II) ? Au fond de l’eau, se cachait des créatures et leurs vaisseaux… A tous les coups, ils ne veulent pas être découverts.

Le saviez-vous ?

Et pour finir, je me permets une petite précision sur le programme HADES. Il vise donc l’exploration des zones très profondes des océans de la planète… qu’on appelle justement « zones hadales ».

Hadale vient du mot Hadès (comme le programme), qui était  le dieu des enfers dans la mythologie grecque. Rien de mieux pour décrire l’un des seuls endroits de la Terre encore non-exploré !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *