L’actu de la semaine (25 mars 2013)

Cette semaine, les bizarreries de la nature sont au coeur de l’actualité : du venin d’abeilles contre le VIH, une érection dans la tête des baleines, ou encore le squelette de Toruk Makto (la grande bête rouge d’Avatar) retrouvé au Brésil.

– Virus. Une des composantes du venin d’abeille pourrait venir à bout du virus du SIDA : in vitro la molécule en question s’accroche au virus pour le mettre K.O. Et cela pourrait bien permettre à la recherche contre le VIH de faire un bon de géant dans les années à venir.

Baleine à bosse.
Baleine à bosse.

– Erection. La baleine à bosse possède dans sa tête un organe érectile qui ressemble bien à un pénis géant ! Mais pas d’emballement, il n’a rien de sexuel : il sert tout simplement à réguler la température des baleines. Lorsque l’animal se nourrit, de grosses quantités d’eau de mer (froide) entrent dans sa bouche… là où se situe le corps caverneux.  Celui-ci se gonfle de sang qui refroidit au contact de l’eau et, ainsi, baisse la température interne de la baleine. Astucieux !

– Squelette. En parlant de baleine, les scientifiques ont découvert pour la première fois une carcasse de baleine dans l’océan Austral. Il est très rare d’en trouver : dans le monde, seulement six carcasses de baleines ont été découvertes jusqu’à présent sur les fonds marins. Ces squelettes abritent pourtant des écosystèmes incroyables. Ainsi, dans celui retrouvé en Antarctique,  les scientifiques ont découvert pas moins de neuf nouvelles espèces de créatures abyssales.

Annélide nécrophage du genre Osedax, également appelé ver zombie mangeur d'os. Découvert dans le squelette de baleine.
Annélide nécrophage du genre Osedax, également appelé ver zombie mangeur d’os. Découvert dans le squelette de baleine.

– Avatar. Autre squelette étonnant : celui du plus grand reptile volant préhistorique jamais trouvé au Brésil. Il aurait vécu il y a 110 millions d’années et mesure plus de 8 mètres d’envergure d’un bout à l’autre des ailes. De profil, il a curieusement un petit air de Toruk Makto, la monture du héros d’Avatar…  Il a été présenté mercredi dernier au Musée national de Rio, où se tiendra, en mai, un congrès international sur les ptérosaures.

– Séisme. Lorsqu’un tremblement de terre se produit, cela crée… beaucoup de dégâts… mais aussi des filons d’or. En effet, les conditions de pression au cours d’un séisme sont telles que des filons d’or peuvent se former presque instantanément au niveau des failles. C’est ce que révèle une étude, parue dans la revue Nature Geoscience

– Architeuthis. Qu’ils viennent du Pacifique ou du golfe de Gascogne, les calmars géants font partie d’une seule et grande même famille ! Une étude s’est en effet penchée sur leur patrimoine génétique. En analysant des échantillons de plusieurs cadavres échoués sur des plages, les scientifiques ont montré qu’il n’y avait presque aucune variation génétique d’un individu à l’autre malgré les distance géographiques. Ce qui signifie que l’espèce, qui a bien failli disparaître, devrait sa survie à un noyau d’effectif réduit.

Architeuthis
Architeuthis

– Prolifération. La surpêche alimente la prolifération des méduses. La preuve, en Namibie, les quelque 10 millions de tonnes de sardines dans les années 1960 ont laissé place à 12 millions de tonnes de méduses. Pourquoi ? Parce que dans les zones où les petits poissons se font plus rares, il n’y a plus de compétition pour le plancton. Du coup, les méduses ont la voie libre pour se développer…

– Clonage. La dé-extinction est à la mode. La preuve, des chercheurs souhaitent faire revivre une petite grenouille très particulière qui a disparu dans les années 1980 : Rheobatrachus silus, autrement appelée  grenouille plate à incubation gastrique. Ce petit batracien mange ses oeufs pour les faire incuber dans son estomac… et quand les oeufs éclosent, elle vomit ses petits. Délicieux hein ? Eh bien une équipe australienne s’est procurée des échantillons congelés vieux de 40 ans de cette grenouille. Ils veulent en extraire du matériel génétique encore utilisable pour effectuer un clonage, avec la même technique qui avait été utilisée pour la brebis Dolly… et pour le dinosaures de Jurassic Park.

grenouille
Grenouille plate à incubation gastrique

– Espace. Pour finir, difficile de faire l’impasse sur une découverte scientifique majeure. Grâce au satellite Planck, conçu pour étudier le rayonnement de fond cosmologique hyperfréquence (CMB), c’est-à-dire la lumière issue des tous premiers instants de l’univers, nous savons désormais que nous vivons dans un cosmos âgé de 13 milliards et 819 millions d’années, qui s’étend à la vitesse de 67,9km/s/megaparsec. Cela nous permet de dire par exemple que l’Univers observable a augmenté sa taille de 1025 fois entre le moment du big-bang et 0,000000000000000000000000000000001 seconde après. Truc de ouf.

Carte du rayonnement cosmologique dressée par Planck.
Carte du rayonnement cosmologique dressée par Planck.

Et pour ceux qui aiment les classements, en voici deux qui devraient vous plaire :

Pour ne manquer aucun article du Globserver, suivez-nous sur Facebook !

A la semaine prochaine !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *