D’où viennent les grandes marées ?

Vous le savez peut-être déjà : 2015 sera une année exceptionnelle de grandes marées avec plus de 40 jours de coefficients supérieurs à 100 ! Jusqu’au 22 février déjà, le coefficient atteindra 116 dans la baie du Mont-Saint-Michel : la Merveille de l’Occident redeviendra ainsi une île le temps de quelques heures, avec une différence de plus de 14 mètres entre la basse et la haute marée. En mars, ce sera encore mieux puisqu’on attend un coefficient de 119. Certains parlent déjà de la marée du siècle…

Mais comment expliquer de telles amplitudes ? Et comment se fait-il que la mer revienne et s’en aille inlassablement partout (ou presque) sur la surface de notre globe ? Le Globserver se penche sur le sujet.

Les marées, un phénomène multiple

L’explication qu’on donne le plus souvent au phénomène de marées, c’est l’action de la Lune. Mais il y a en réalité trois facteurs qui jouent:
– l’attraction lunaire
– l’attraction solaire
– la rotation de la Terre

Avant de vous expliquer le pourquoi du comment, il faut commencer par évoquer ce qu’est le phénomène d’attraction (et donc parler de notre ami Newton).

1/ L’attraction universelle

La loi d’attraction universelle développée par le physicien à la pomme, établit que, dans l’univers, deux astres exercent l’un sur l’autre une force d’attraction qui dépend de leur masse et de la distance qui les sépare. Concrètement (et sans rentrer dans les équations), cela signifie que plus la masse de l’astre est grande et plus il est proche de la Terre, plus sa force d’attraction est grande. Par exemple, le Soleil exerce une attraction importante sur notre planète en raison de sa très grande masse  (ce qui explique notamment pourquoi la Terre tourne autour de lui). La Lune, elle, est beaucoup plus petite mais comme elle est beaucoup plus proche, elle exerce elle aussi une attraction importante sur la Terre.

Dans les deux cas, l’attraction, également appelée force gravitationnelle, n’est pas suffisante pour que les deux astres se rentrent dedans (et heureusement!). Mais les corps déformables en surface sont impactés… en l’occurrence, l’eau de nos mers et océans : c’est le phénomène de marées.

2/ L’attraction lunaire et solaire

Pour faire simple, selon le principe de l’attraction universelle, la Lune et le Soleil agissent comme des sortes d’aimant qui déforment les océans. Comme la Terre est très massive (dieu merci), l’eau ne s’évapore pas dans l’espace, elle est juste un peu attirée par les deux astres : cela forme des genres de bourrelets à la surface terrestre. Deux bourrelets vont donc se former : l’un à cause de l’attraction lunaire, et l’autre à cause de l’attraction solaire. Et en fonction du positionnement de la Lune par rapport à la Terre et au Soleil, on obtient donc différents effets sur les marées terrestres.

http://www.fondation-lamap.org/fr/page/12025/les-mar-es

3/ Les petites et grandes marées

Il y a deux cas de figure :

  • Quand le Soleil et la Lune ne sont pas alignés, les deux forces d’attraction se neutralisent et le bourrelet global de la Terre est plus petit : c’est ce qu’on appelle les marées de mortes-eaux (ou petites marées) parce qu’il n’y a quasiment pas de différence entre la marée haute et la marée basse.

  • A l’inverse, quand le Soleil et la Lune sont alignés, leurs forces d’attraction s’ajoutent et on obtient un bon gros bourrelet : c’est ce qu’on appelle les marées de vives-eaux (ou grandes marées), avec une grande différence entre la pleine mer et la basse mer.

LP/Infographie – C. Têche. (LP/O. Boitet, MaxPPP/J. Fouquet.)

<

p id= »cadre1″>Et la rotation de la Terre dans tout ça ?
La rotation de la Terre explique tout simplement qu’il y ait deux marées par jour. En effet, si la Terre ne tournait pas sur elle-même, l’effet de marée n’aurait lieu que d’un côté de la planète, dans la direction de la Lune (dont l’attraction est plus forte que celle du soleil).
A l’inverse, la rotation de la Terre sur elle-même crée un effet de force centrifuge opposé à l’attraction de la Lune. Le fameux « bourrelet » est donc symétrique des deux côtés de la planète.

Où et quand ont lieu les plus grandes marées?

En étudiant les cycles de la Lune et sa trajectoire par rapport à la Terre et au Soleil, on peut donc déterminer quand ont lieu les grandes marées : généralement pendant la pleine lune et la nouvelle lune, mais aussi aux équinoxes de printemps et d’hiver.

De façon générale, quand on dépasse le coefficient 100, on parle de grandes marées car c’est dans ces moments là que le dénivelé entre basse mer et haute mer (ce qu’on appelle le marnage) est le plus haut.

Mais le coefficient des marées est également déterminé en fonction du lieu : en effet, selon notre position géographique sur le globe, les marées ne sont pas les mêmes. Ainsi, en France, les coefficients de marée sont calculés pour le port de Brest et considérés comme identiques sur les côtes de la Manche et de l’océan Atlantique.

Dans les faits, un coefficient de 118 n’a pas les mêmes effets à Dunkerque, Saint-Malo ou La Rochelle : il faut prendre aussi en compte la topographie des lieux. Ainsi, pour un coefficient de marée identique, le marnage peut passer du simple au double : 6,5 mètres pour Dunkerque et La Rochelle, presque 14 mètres pour la baie du Mont-Saint-Michel ! Soit la taille d’un immeuble de 4 étages !

1/ les plus grandes marées d’Europe

Si vous souhaitez observer les plus grandes marées d’Europe, un conseil : foncez donc en baie du Mont-Saint-Michel (ou à Granville)! Quand on dit que la marée monte à la vitesse d’un cheval au galop, ce n’est pas une blague : rien ne vient contrarier la montée de l’eau dans la baie, elle peut donc s’en donner à cœur joie.

Le Mont Saint-Michel par EditionNumerique

D’où mon deuxième conseil : pas d’imprudence ! Respectez bien les lieux prédéfinis par les autorités compétentes pour admirer le phénomène… sinon cela peut-être extrêmement dangereux. Pas question d’aller se promener tout seul sur la plage, au risque de se faire encercler par les eaux sans s’en rendre compte.

Même rester sur les digues n’est pas sans risque. Tout particulièrement en cas de tempête : avec de fortes rafales, l’eau peut monter encore plus haut que prévu et les vagues peuvent potentiellement emporter les inconscients.

2/ Les plus grandes marées du monde

Si la baie du Mont-Saint-Michel compte parmi les lieux où l’on peut admirer les plus grandes marées du monde (jusqu’à 15 mètres de marnage), la palme revient aux baies de Fundy et d’Ungava, au Canada, où le marnage atteint presque les 17 mètres.

On dit même que la plus grande marée jamais enregistrée s’est produite en baie de Fundy en 1869, avec un marnage de plus de 21 mètres…. mais je n’ai pas trouvé de confirmation donc c’est à prendre avec des pincettes.

La baie de Bristol, en Angleterre, et celle de Puerto Gallegos, en Argentine, sont également de hauts lieux de grandes marées, avec des marnages entre 14 et 16 mètres. Du très très lourd.

 

Pour en savoir plus sur l’attraction gravitationnelle.

Pour en savoir plus sur les grandes marées en Normandie.

3 pensées sur “D’où viennent les grandes marées ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *