Ata, l’alien d’Atacama, est en fait … humain

J’ai hésité à écrire sur ce cas d’école car il semble trop extraordinaire pour être vrai…

Avez-vous entendu parlé d’Ata ? Drôle d’histoire que celle de ce squelette momifié retrouvé dans un village abandonné du désert d’Atacama au Chili, il y a 10 ans. C’est un chasseur de trésor qui l’a déniché, enveloppé dans un linge, à côté d’une église en ruine au beau milieu du désert.

Comme ça, cela ne semble pas bien folichon… sauf que le squelette en question mesure 15 centimètres. Une taille totalement improbable pour un être humain (à la naissance, je rappelle que nous mesurons entre 40 et 50 cm !). Par ailleurs, son crâne est déformé. Au lieu de la forme ronde habituelle, il ressemble plus à un obus. Sous bien des égards, Ata ressemblait plus à un extraterrestre qu’un homme…

Ata

Pendant plusieurs années, le squelette a été trimballé dans le monde. Il aurait quitté le Chili pour l’Espagne…On perd peu à peu sa trace pendant quelques années, et pas grand monde ne relaie l’incroyable découverte. Jusqu’à aujourd’hui.

Ata, «l’alien» à l’ADN humain

AtaGarry Nolan, directeur du département des cellules souches à l’école de médecine de l’université de Stanford en Californie (ça en jette hein ?) s’est chargé d’étudier le petit alien. Or, les tests ADN révèlent que le squelette n’a rien d’extraterrestre : Ata est humain ! L’étude suggère même que l’individu était un enfant âgé de 6 ou 8 ans lors de son décès.

«Je peux dire avec une certitude absolue que ce n’est pas un singe. C’est un humain. C’est en tout cas plus proche de l’Homme que du chimpanzé. De toute évidence la créature respirait, mangeait et son métabolisme fonctionnait. Ce qui nous amène à nous demander quelle était sa taille à la naissance», explique le scientifique.

Effectivement, on peut légitimement se poser une telle question ! Comment est-il possible de mesurer 15 cm à l’âge de 6 ans ? Et ce n’est pas la seule anomalie qui questionne les scientifiques.

Tout petit petit petit humain

Nolan et ses collègues ont analysé le spécimen fin 2012 avec tous les moyens dont ils disposaient : photos rayons X, scanners, analyse ADN… L’objectif était de déterminer à la fois  :

  • si Ata était humain (ou alien, ou un primate inconnu d’Amérique Latine),

  • quel était son âge au moment du décès (on pensait alors que c’était un foetus qui n’avait pas été à terme),

  • quelle était l’origine des anomalies recensées sur son corps (comme le fait que le squelette ne possède que 10 côtes au lieu de 12 chez un être humain, ou que son crâne est déformé).

Ata

Les recherches ont montré que Ata souffrait de turricéphalie (également appelé syndrome d’Apert), une déformation congénitale du crâne qui lui donne une forme allongée.

Mais les scientifiques s’interrogent toujours sur les mutations qui ont pu causer les autres déformations. Selon leurs analyses, ils n’ont trouvé aucune des mutations habituellement responsables du nanisme.

«Il n’y a d’ailleurs aucune forme connue de nanisme qui provoque les anomalies observées sur le spécimen», précise Dr. Ralph Lachman, professeurs émérite à l’école de médecine de UCLA.

L’analyse ADN a quant à elle révélé qu’Ata était (presque) humain. Je dis «presque» car l’analyse mitochondriale (qui permet de connaître la lignée maternelle) montre une similitude avec l’ADN de la population locale du sud-ouest de l’Amérique Latine… Malgré tout, près de 9% de la séquence ADN d’Ata ne correspond pas au génome humain

Bien sur, cette différence peut être dûe à l’état de décomposition du squelette, ou à une erreur d’analyse. Mais le mystère demeure …

Toute la recherche autour d’Ata est au coeur du documentaire Sirius, sorti le 22 avril aux Etats-Unis : un film sur la théorie du complot, qui a pour objectif de mettre en évidence la vérité cachée par le Gouvernement américain concernant les OVNIS et l’intelligence extraterrestre.

Une pensée sur “Ata, l’alien d’Atacama, est en fait … humain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *